Les Jeunes Amis du Musée Granet se présentent.

L’Association des Amis du Musée Granet créée en 1985 accueille depuis septembre 2020 sa section « Jeunes amis » 

Les sections Jeunes amis sont apparues au sein des Associations d’amis de musée d’abord à l’étranger notamment en Italie et en Allemagne, puis en France, l’exemple de référence étant la section Jeunes amis du Musée d’art et d’histoire de Toul qui a fêté́ ses 20 ans en 2019. 

La section « Jeunes amis du Musée Granet a été créée en septembre 2020.

Elle est composée d’une équipe d’étudiantes en histoire de l’art, en archéologie, photographie et langues étrangères qui partagent la même passion pour l’art et la culture. Une très bonne entente s’est établie entre aînés et jeunes permettant de conduire des projets culturels, dans un partage harmonieux entre les générations.

Cette équipe souhaite recruter des adhérents entre 18 et 35 ans partageant leur passion et souhaitant les rejoindre afin de mieux leur faire connaître le musée, au travers d’activités qui leur soient dédiées spécifiquement, avec créneaux horaires adaptés, tout en étant membres à part entière de l’association. Ceci afin d’inciter les jeunes étudiants ou jeunes actifs à venir au musée, à le percevoir différemment et découvrir qu’il est un lieu plein de vie.

Ces sections Jeunes amis sont essentiellement basées dans les villes étudiantes. Aix-en-Provence concentrant une multitude de jeunes étudiants ou de jeunes actifs, la section des Jeunes amis du Musée Granet prend tout son sens dans cette ville. 

La FFSAM (Fédération Française des Sociétés d’Amis de Musées) encourage fortement les associations à intégrer une section Jeunes amis. La présence de jeunes amis est un puissant stimulant pour inciter de nouvelles générations à participer ou préparer le devenir des Musées et de leurs Sociétés d’Amis. 

La section Jeunes amis offre de nombreux avantages dans l’accompagnement de la découverte du musée et de la culture, mais aussi tous les avantages réservés aux adhérents de l’association, moyennant une cotisation de 10 euros par an.

Actuellement, nous vous proposons des rencontres, des visites guidées, des projets en lien avec le musée Granet. De plus, nous sommes actifs sur les réseaux sociaux pour partager avec vous nos favoris culturels du mois, nos œuvres préférées, nos sorties et bien plus encore. 

L’équipe des Jeunes amis du Musée Granet est à votre écoute, prête à vous rencontrer, à discuter et à partager. N’hésitez pas à prendre contact avec nous !

Magliano Lisa

.………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Les jeunes amis du Musée Granet vous proposent leur regard sur des œuvres de leur choix exposées au Musée.

.………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Claude Arnulphy, AAdélaïde de Gueidan et sa sœur au clavecin, XVIIIe siècle, Musée Granet. 

Bonjour à tous, 

Aujourd’hui, je vous présente une œuvre de Claude Arnulphy, Adélaïde et sa sœur au clavecin, une œuvre qui appartient à la collection du Musée Granet. 

Nous n’allons pas faire une description classique, ce qui primera dans mon interprétation sera la poésie des tissus qui rythme cette œuvre.

Claude Arnulphy, Adélaïde de Gueidan et sa sœur au clavecin, XVIIIe siècle, Musée Granet.
© Bernard Terlay / Musée Grane Ville d’Aix-en_Provence.

Tout d’abord, l’œuvre est un portrait de groupe, ce sont les filles de Gaspard de Gueidan qui mettent en avant l’éducation de leur père. Ce sont deux jeunes filles qui se tiennent dans une posture plutôt conventionnelle, l’une est accompagnée d’un clavecin, ses doigts glissant sur celui-ci, sa sœur Adélaïde se tient debout derrière, et ses mains tiennent un bâton, ou peut-être une flûte pour accompagner les notes du clavecin. Les jeunes filles sont accompagnées de trois angelots qui apportent de la poésie au décor. 

Un décor qui est accompagné par les tenues emblématiques du XVIIIe siècle, elles portent toutes les deux des robes épaisses, qui créent du volume, et parfois même des plis, des épaisseurs, un corset, un jupon, une multitude de couches qui s’assemblent et créent un mouvement unique. On peut voir sur l’œuvre que les robes possèdent des plis, plus particulièrement dans le dos, l’on pourrait penser aux plis « Watteau », le pli favori que le peintre ajoutait aux tenues de ses scènes galantes, un pli qui sera réutilisé dans la mode. Le décolleté de ses robes est dissimulé par une dentelle blanche très fine qui marque la poitrine de manière légère et élégante. Pour accompagner leurs tenues, ses jeunes filles ont les cheveux attachés en arrière et autant vous dire que rien ne dépasse, les coiffures sont accompagnées de petites fleurs très discrètes, la finesse est à l’honneur. Le teint pâle accompagne la grâce de ses jeunes filles. Toutes ces couleurs, ce vert, ces roses et ces motifs floraux qui se déposent sur ces robes, les tissus forment des mouvements uniques qui accompagnent la posture et la grâce de ses jeunes filles. 

Et vous, que pensez-vous de la mode du XVIIIe siècle ?

Belle journée à vous,  

Lisa MAGLIANO

.……………………………………………………………………………………………………………………………………………….

Les Baigneuses de Paul Cezanne, 1895, Musée Granet

Les baigneuses revisitées par Chloé @auhasardbalthazar
Les Baigneuses de Cezanne, œuvre présentée au Musée Granet analysée par Myriam El Medini et illustrée par Chloé de l’équipe des jeunes amis.

.

.

.

Ma présentation est illustrée par un magnifique dessin de Chloé, adhérente aux Jeunes Amis du musée Granet; vous pourrez trouver ses réalisations sur le réseau social Instagram sous le nom de @auhasardbalthazar_!

.

Cézanne est né à Aix-en-Provence et, en tant qu’aixoise, j’ai beaucoup été bercée par ses œuvres, notamment par celles qui sont exposées au musée.

D’abord, on observe sur cette œuvre des femmes nues qui se prélassent au bord d’une rivière. On ne voit pas le visage de ces femmes ou alors, il n’est pas totalement défini. De plus, on ne sait pas vraiment qui sont ces femmes, peut-être des nymphes, des déesses, on l’ignore. On voit se dessiner deux groupes de baigneuses chacune abritée sous un arbre. Par cette division de l’espace, on aperçoit entre les deux groupes la rivière où ces femmes se baignent. Ensuite, on a l’impression que l’attention de toutes les baigneuses est tournée vers une en particulier qui sort de l’eau, tous les visages et certaines postures semblent tournés vers elle. Par ailleurs, on voit que la morphologie des corps des femmes est assez robuste et massive. En effet, Cézanne n’avait pas de modèle féminin, car trop intimidé par les femmes et, disait-on, ne voulait pas les faire poser dans son atelier. Ainsi, il peignait de mémoire, on peut voir que leur corps se rapproche de celui des hommes. On a sur cette toile l’absence de perspective. Cézanne pour marquer les corps des baigneuses trace un trait foncé autour des corps. Par l’absence de perspective, on voit que tous les éléments se mélangent, que ce soit la végétation, les baigneuses, le cours d’eau. De ce fait, on a une fusion qui se crée entre les femmes et le paysage, et on sent ainsi une harmonie qui se dégage. Cette harmonie est accentuée par les couleurs. En effet les couleurs sont dans des nuances bleues et vertes, des couleurs qui rappellent la nature, ce qui nous permet en plus de nous fondre dans le paysage végétal et qui nous procure un sentiment de tranquillité.

Enfin, ce qui m’a particulièrement marquée avec cette toile, c’est la luminosité frappante qui ressort avec les couleurs. Mais, pour voir cela rendez-vous au musée Granet !

Myriam El Medini

………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Réalisé en 1807 par Jean-Auguste Dominique Ingres, exposé au musée Granet dans la salle dédiée à l’artiste, Portrait de François Marius Granet est présenté par Maelle

.………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Guerrier accroupi d’Entremont, N°6

Merci encore à Chloé pour ses illustrations absolument sublimes.
Sachez que sans elle, cette publication n’aurait pas pu sortir.
@auhasardbalthazar_

Bonjour à tous.tes ! 

Aujourd’hui, voici la présentation d’une œuvre statuaire intitulée « Guerrier accroupi d’Entremont » (n° 6), datée du IIe siècle avant notre ère. Elle est conservée au niveau 1 du musée Granet dans l’une des deux salles dédiées au site d’Entremont et à ses artéfacts.

.

Cette statue est une représentation anthropomorphique masculine dont on peut voir qu’elle est fragmentée en plusieurs morceaux et qu’il manque la tête, les membres supérieurs en dessous des épaules et les membres inférieurs à partir des genoux. On peut noter la puissance des muscles des cuisses, qui sont ici bien visibles. On remarque aussi la présence d’une cuirasse décorée au niveau du sternum par un relief assez effacé. Si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que cette cuirasse est perforée sur l’ensemble de sa superficie par une multitude de petits trous réalisés au foret. Il s’agit en fait de la schématisation de la côte de maille ! Cette statue s’inscrit dans la pratique d’héroïsation qui se développe dès la fin de l’âge du Bronze en Gaule et tout au long de l’âge du Fer et dont la représentation de guerriers en position accroupie et hiératique est très caractéristique. Ces statues de guerriers sont placées dans des sanctuaires, à proximité de celles des ancêtres afin de perpétuer le lignage familial tout en rendant hommage à ces combattants vigoureux qui se sont illustrés pendant une guerre. Certains placeraient les têtes coupées d’ennemis, visibles au musée Granet dans la même salle, aux pieds du guerrier en guise de trophées de guerre, mais surtout de mise en garde.

Guerrier accroupi N°6 Musée Granet

Ce qui est frappant dans cette œuvre, c’est la précision avec laquelle les divers éléments présents comme la côte de maille sont réalisés ! Cela contraste beaucoup avec les premières statues de ce style qui étaient plus simples et moins fournies en détail (ex. : les statues des Guerriers accroupis de Roquepertuse, du premier âge du Fer).

Rendez-vous au Musée Granet pour admirer cette œuvre! 

À bientôt !

Ilona PATA

.…………………………………………………………………………………………………………………………………………………

L’œuvre d’Auguste de Forbin, Gonzalve de Cordoue s’emparant de l’Alhambra, exposée au musée Granet dans la galerie XIXe siècle

Hello tout le monde,

Je tenais à vous présenter l’œuvre d’Auguste de Forbin exposée au musée Granet dans la galerie XIXe siècle. Elle est intitulée, Gonzalve de Cordoue s’emparant de l’Alhambra de Grenade. C’est une huile sur toile réalisée en 1831 faisant partie de l’exposition permanente du musée. 

Ma description et mon interprétation de l’œuvre seront rythmées par mon intérêt pour le jeu de lumière, qui fait vivre le tableau !

Le focus historique de l’œuvre : Ici, le tableau représente l’illustration imaginaire du dernier épisode de la Reconquista espagnole de 1492. C’est une scène nocturne illustrant la capitale de Grenade en feu, et on y voit également le personnage principal, Gonzalve de Cordoue, militaire espagnol au service des rois catholique. L’Alhambra, quant à elle, est un complexe palatial situé à Grenade.

.

Au premier plan, on distingue des silhouettes, de soldats en armures et, au second plan à gauche, la ville est en feu, à droite, la lune blanche éclaire l’intérieur du palais. Le tableau est remarquable, car il nous donne l’impression que nous sommes les témoins d’une scène éclairée par les rayons de la lune et les flammes.

Imaginez ! Vous observez au loin la scène ! Les deux sources de lumière, le feu rouge et destructeur rappelant l’enfer, et la lune, blanche et calme, se reflétant sur les armures. La dualité est visible dans le choix des couleurs. Celle froide, mais apaisante de la lune et celle du feu, couleur chaude, mais loin d’être chaleureuse. Elle évoque même l’inquiétude et la tension. Un spectacle effroyable se joue devant nous accentué par cette mise en scène du clair-obscur.

Et vous, quel aspect de cette œuvre vous inspire ?

En espérant que cette lecture vous ait plu !

À bientôt,

Lucie POVEDA

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Nouvel événement:

L’association des Amis du musée Granet  et sa section « Jeunes Amis » ainsi que l’Association des Étudiants de l’Institut Louis Favoreu (AEILF),  vous invitent à leur Conférence en ligne sur la thématique du Musée numérique

Chers amis,

Nous avons le plaisir de vous informer que la dynamique section « jeunes amis » de notre association organise une conférence sur le thème du:

« Musée Numérique »

samedi 10 avril à 10 h

Sur la plate-forme zoom.

.

Lien pour vous inscrire : docs.google.com/forms

À l’issue de votre inscription, via le Google Form, vous recevrez un mail le 9 avril 2021 dans la journée avec un rappel ainsi que le lien Zoom de la conférence

Les membres du conseil d’administration des Amis du musée Granet et de l’Œuvre de Cézanne

..……………………………………………………………………………………………………………………………………………..

 

Invitation des Jeunes Amis

Conférence en ligne sur la thématique du Musée numérique

Bonjour à Tous et à Toutes,

Nous vous proposons un nouvel événement qui aura lieu le samedi 10 avril 2021 à 10H via la plateforme zoom compte tenu de la situation sanitaire actuelle. L’événement sera divisé en deux parties, la première partie sera un compte-rendu de notre débat sur la thématique suivante :  « Le Musée Numérique, problématiques et perspectives » qui s’est tenu le samedi 13 février 2021. Ainsi, nous poursuivrons sur une intervention de l’équipe du Musée Granet composée de Mme Kassentini Émilie, Mr Bastien Portelli et Mme Souiller Patricia sur les problématiques soulevées lors du débat ainsi qu’une présentation du numérique au sein du Musée.

Par ailleurs, lors de cette conférence, vous pourrez inscrire vos questions dans le chat afin que l’équipe des jeunes amis du musée Granet puisse transmettre les questions les plus pertinentes aux intervenants à la fin de chaque propos.

À l’issue de votre inscription via le Google Form vous recevrez un mail le 9 avril 2021 dans la journée avec un rappel ainsi que le lien Zoom de la conférence.

Belle journée.

L’équipe des jeunes amis du Musée Granet

Tableau de Giovanni Pannini (1691-1765)
« Galerie du Silvio Valenti Gonzaga » 1740

Le premier atelier a été consacré à « la restitution des œuvres spoliées pendant la 2ème guerre mondiale »,

le 2ème eut pour thème « LE MUSÉE NUMÉRIQUE, PROBLÉMATIQUES ET PERSPECTIVES », un 3ème est prévu en mars.

.……………………………………………………………………………………………………………………………………….