Une nouvelle parenthèse s’impose à nous sans date limite!

l’occasion de prendre quelques instants pour observer l’évolution que les artistes ont apportée à la représentation de la montagne Sainte-Victoire au fil des siècles.

Quatre interprétations de la Sainte-Victoire

au XVIIIe et XIXe siècle.

François-Marius Granet (1775-1849),
Sainte-Victoire vue d’une cours du Malvalat, huile sur toile 33×41 cm
Jean-Antoine Constantin (1756-1844),
La Montagne Sainte-Victoire
et la tour Queyrié vues de l’enclos de beaufort
vers 1775,

.

Le programme de nos activités du printemps s’est brutalement interrompu au mois de mars et la possibilité d’un retour à une vie normale à l’automne ne s’est pas réalisée. Toujours tributaire de la situation sanitaire et des dispositions légales qui en découlent, l’association n’est pas en mesure de vous proposer dans l’immédiat, un programme d’activités pour l’année 2021, tant les incertitudes sont encore grandes.

L’association mettra tout en œuvre pour vous proposer les nouveaux programmes des  sorties et conférences,  et ouvrir la permanence du vendredi,  dès que la situation sanitaire se sera  améliorée, et que les activités pourront se réaliser en toute sécurité. La rubrique Contacts vous permet de rester en lien avec nous.

Paul Cézanne( 1839-1906), La Montagne Sainte-Victoire, 1897 – Huile sur toile, 73 x 91,5 cm –
Kunstmuseum Bern, legs Cornelius Gurlitt 2014, en prêt pour 30 ans au musée Granet

.

Prosper Grésy (1801-1874),
La Montagne Sainte-Victoire
et le hameau des Bonfillons, huile sur bois,

40×110 cm, vers 1840

.

.

Deux interprétations de la Sainte-Victoire

au XXe et XXIe siècle

André Masson ( 1896-1987),
La Montagne Sainte-Victoire
émergeant de la brume,
huile sur toile, 72×91 cm, après 1949
Fabienne Verdier,(1962) Montagne Sainte-Victoire,
la nuit depuis le plateau de Bibémus, 2019
sérigraphie 100X160cm