Gonzalve de Cordoue s’emparant de l’Alhambra de Grenade, œuvre d’Auguste de Forbin exposée au musée Granet, dans la galerie XIXe siècle.

© Bernard Terlay / Musée Granet, Ville d’Aix-en-Provence

Hello tout le monde,

Je tenais à vous présenter l’œuvre d’Auguste de Forbin exposée au musée Granet, dans la galerie XIXe siècle. Elle est intitulée, Gonzalve de Cordoue s’emparant de l’Alhambra de Grenade. C’est une huile sur toile réalisée en 1831 faisant partie de l’exposition permanente du musée. 

Ma description et mon interprétation de l’œuvre seront rythmées par mon intérêt pour le jeu de lumière, qui fait vivre le tableau !

Le focus historique de l’œuvre : Ici, le tableau représente l’illustration imaginaire du dernier épisode de la Reconquista espagnole de 1492. C’est une scène nocturne illustrant la capitale de Grenade en feu, et on y voit également le personnage principal, Gonzalve de Cordoue, militaire espagnol au service des rois catholique. L’Alhambra, quant à elle, est un complexe palatial situé à Grenade.

Au premier plan, on distingue des silhouettes, de soldats en armures et, au second plan à gauche, la ville est en feu, à droite, la lune blanche éclaire l’intérieur du palais. Le tableau est remarquable, car il nous donne l’impression que nous sommes les témoins d’une scène éclairée par les rayons de la lune et les flammes.

Imaginez ! Vous observez au loin la scène ! Les deux sources de lumière, le feu rouge et destructeur, rappelant l’enfer, et la lune, blanche et calme, se reflétant sur les armures. La dualité est visible dans le choix des couleurs. Celle froide, mais apaisante de la lune et celle du feu, couleur chaude, mais loin d’être chaleureuse. Elle évoque même l’inquiétude et la tension. Un spectacle effroyable se joue devant nous accentué par cette mise en scène du clair-obscur.

Et vous, quel aspect de cette œuvre vous inspire ?

En espérant que cette lecture vous ait plu !

À bientôt,

Lucie POVEDA

Catégories : Activités